RETOUR SUR L’IRONMAN DE CARCANS

Il y a maintenant un mois, j’ai eu l’occasion de réaliser l’un de mes rêves 🤩
J’ai été finisher de l’IRONMAN de Carcans en Gironde.
– 3,8km de nage 🏊‍♂️
– 180km de vélo 🚴‍♂️
– 42,2km de Course à Pied 🏃‍♂️

Quelle expérience incroyable! Merci à tous les supporters présents sur place mais aussi ceux à distance qui m’ont permis de me surpasser une fois de plus.
(Compte Rendu pour les intéressés: Désolé, j’ai pas pu faire plus court pour vous faire vivre cette journée mémorable).
Mon objectif premier était de pouvoir finir un jour un Ironman mais j’ai un côté compétiteur qui en voulait plus… Sur une course aussi longue, il est difficile d’estimer un temps car tout peut arriver (crevaison, blessure…). Si je finissais l’IRONMAN je serais satisfait, moins de 12h très satisfait, moins de 11h incroyable et moins de 10h peut être un jour mais sûrement pas aujourd’hui.
Jour J:
5h15: Réveil, petit déjeuner et zéro stress. Hâte de commencer et d’en découdre.
6h15: Je retrouve Angéline, Antoine et Morgan dans le parc à vélo, mes compagnons d’aventure. L’atmosphère est particulière. On distingue les premières lueurs du jour sur la place de Carcans face au Lac 🌅.
Nous sommes 466 participants et tout le monde est très silencieux et concentré par les dernières vérifications du vélo, des gourdes, du compteur et de nos 2 sacs de transitions déposés la veille au soir comprenant le nécessaire pour le vélo et la course à pied.
6h45: Le parc à vélo va fermer et les combinaisons de nage sont enfilées pour aller prendre la température de l’eau avant le départ. Le vent est déjà levé et sera également de la partie avec nous aujourd’hui.
6h55: Nous sommes tous compactés face au lac sur la plage large de 20 mètres prêt à partir, quand la mascotte de l’évènement apparaît en  même temps que le soleil. L’ensemble des triathlètes posent un genou à terre sur le sable et le Dj nous lance la Marseillaise chantonnée par les  466 participants ainsi que les supporters présents derrière nous sur le remblai. L’émotion m’envahit, je repense à ma préparation, à cet objectif fixé depuis plusieurs mois et j’y suis enfin.
🏊‍♂️ 7h: Départ! Nous avons 2 Aller-Retour à faire (2x1900m prévu en 1h15 pour ma part). Un peu d’appréhension au départ, la natation n’étant pas mon fort, j’ai déjà hâte au vélo. Un premier groupe de triathlète se forme très rapidement dans l’eau dont Morgan fait partie. Le lac est déjà bien réveillé avec une eau bien agitée. Je reste concentré, je m’applique  sur ma technique pour ne pas me fatiguer et j’essaye de nager le plus droit possible. La visibilité n’est pas idéale. Avec les vagues, on distingue  difficilement les bouées qui matérialisent le parcours. Une fois atteint la bouée la plus lointaine, je fais demi-tour pour revenir sur la plage. Le retour est plus simple et plus rapide, le courant nous est favorable cette  fois. Je rejoins la plage pour faire le tour de l’arche de départ, j’entends notre super délégation de supporter qui donne de la voix, je regarde mon temps : 34 min, je regarde l’horizon, je distingue déjà beaucoup de  monde devant moi mais surtout beaucoup derrière. Déjà satisfait par mon premier tour, j’y retourne pour attaquer le second et affronter de nouveau les vagues. 3 tasses plus tard, je parviens à finir cette seconde  boucle avec un temps total de 1h10. Je sors rapidement de l’eau, je retire le haut de ma combinaison et je cours vers le parc à vélo pour récupérer  mon sac de transition. J’arrive sous la tente pour me changer et j’aperçois Angéline et Antoine sur le banc face à moi. Quel plaisir de les voir déjà là et que tout le monde va bien.
🚴‍♂️ 8h15: Je sors du parc à vélo et c’est parti pour 180km (2x90km également en A/R prévu en 5h30/6h). Ma priorité sur le vélo : manger toutes les 30 minutes, boire toutes les 10 minutes et garder des forces pour le marathon. Le vent est toujours présent sur l’aller. Je remonte Angéline puis Antoine avec un échange rapide et des encouragements. Au 40ème km, je croise le premier de la course. Surhumain! Puis  quelques minutes plus tard, je croise également Morgan sur le retour qui roule à vive allure, quelques mots d’encouragements et on continue. Je poursuis pour atteindre le 45ème km et effectuer mon premier demi-tour. J’ai compté rapidement le nombre de participants que j’ai croisé, il semblerait que je sois dans les 100 premiers sans certitude.
Le retour est beaucoup plus rapide avec le vent dans le dos mais il faut encore garder de l’énergie et ne pas se laisser emporter car une deuxième boucle est à effectuer. Nos 26 supporters qui ont fait le déplacement se sont parfaitement répartis sur le parcours et cela nous permet d’avoir des points de repères. J’ai également une pensée pour toutes les personnes et mon club ECBT qui nous suivent à distance et qui nous encouragent comme s’ils étaient présents.
90km, je m’arrête pour prendre mon sac de ravitaillement personnel avec mes sandwichs et je repars pour le second tour avec un pique-nique sur le vélo. Vent de face de nouveau, je reste dans la gestion pour ne pas me mettre dans le rouge. 135km : Demi-tour pour rentrer avec le vent dans le dos direction le parc à vélo. Je me fais plusieurs fois doubler à vélo, plus que l’inverse mais je ne m’inquiète pas. Je sais que la course à pied est mon point fort. Je me sens bien sur le vélo mais la grande interrogation c’est de connaître les sensations une fois le pied à terre.
180km : Fin du vélo en 5h20. Je suis déjà très satisfait. Nos supporters répartis sur le parcours du vélo étaient déjà tous de nouveau répartis sur la course à pied.
🏃‍♂️ Il est 13h35 : Je dépose mon vélo, j’enfile mes chaussures, lunette et casquette pour la course à pied. C’est parti pour 42,2km (4 boucles de 10,05km prévues en 3h20-3h30). J’ai prévu de m’arrêter très rapidement à tous les ravitaillements qui sont parfaitement disposés tous les 2,5km sur le parcours.
Le premier tour se passe très bien, trop bien, trop vite. J’ai dû mal à ralentir l’allure alors que celle-ci est trop rapide sur mes prévisions. Je sais que je ne pourrais pas tenir ainsi sur les 4 boucles. Je me fais doubler par le premier de la course qui entame déjà sa troisième boucle. Je croise  tous nos supporters idéalement répartis tous les 2km. Merci à eux, ils nous donnent à tous une énergie de dingue. On se doit d’être à la hauteur de leurs encouragements. J’ai des frissons à chaque fois que je passe devant eux. J’entame la deuxième boucle avec une allure toujours très bonne. Je remonte et double de nombreux concurrents mais il est difficile de les compter car certains commencent leur première boucle alors que d’autres sont sur la 3ème ou même la 4ème. Je poursuis et à la fin du second tour, j’aperçois Morgan au ravitaillement juste devant moi à 500 mètres. Je garde mon allure pour arriver à sa hauteur. On échange quelques mots et quelques encouragements. On est déjà très fiers l’un comme l’autre du parcours effectué.
Je débute mon troisième tour avec une allure similaire mais vers le 24ème km je décide de lever le pied pour être sûr de bien finir et de ne pas exploser ou laisser la place à d’éventuelles crampes qui viendraient me forcer à marcher ou pire à m’arrêter.
30ème km : c’est parti pour la dernière boucle et je serais finisher. Je croise Morgan qui finit son troisième tour et m’encourage pour accélérer et faire moins de 10h! Je suis surpris qu’il me dit ça, puis en passant à proximité de la ligne d’arrivée, je vois le compteur qui indique 9h10 de course. Il me reste donc 50 minutes pour finir les 10 derniers km si je veux passer sous la barre des 10h. Chaque pas que j’effectue, je me dis que je n’aurais plus à repasser par là car à l’issue de cette boucle, je pourrais franchir la ligne d’arrivée.
Les foulées sont de plus en plus lourdes mais je continue sans chercher à accélérer. Je fais le choix de gérer mon dernier tour pour être sûr de bien finir même si je dépasse les 10h de course. Je sais déjà que je vais réaliser un exploit. Je suis dans les derniers km et je vois que les supporters ne sont plus à leurs places. Ils se sont tous rapprochés de la ligne d’arrivée. Ça commence à sentir très bon… Plus que 200 mètres, cette fois-ci je n’aurais pas à aller tout droit pour une boucle supplémentaire mais je vais pouvoir prendre le chemin à gauche pour marcher sur le tapis final avec une haie d’honneur de supporter de chaque côté des barrières. J’ai l’impression d’être au tour de France sur une étape de montagne.
J’aperçois ma famille et je prends Lucas dans les bras pour franchir la ligne d’arrivée. Marathon fini en 3h29.
J’y suis ! Je suis Finisher ! Je suis un Ironman ! Quelle jouissance ! 10h10 au total! Quelle fierté !!!!!
Je découvre mon classement, 47ème/466 partants. Incroyable, bien au-delà de mes espérances.
Je reste au niveau de l’arche d’arrivée, je profite, je kiffe et je sais que je vais pouvoir bientôt accueillir et féliciter mes trois compagnons d’aventures dont je suis tellement fier également.
Merci aux supporters présents et non présents, je suis très fier d’avoir partagé ce rêve à vos côtés et c’est aussi grâce à vous que j’ai pu réaliser cet exploit 😘
Maintenant place au repos avant un prochain défi…
Bravo à toi qui a lu jusqu’au bout 😉

Jonathan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.